Le kyste dentaire et les autres types de kystes de la bouche

Suite à une visite de routine chez le dentiste vous repartez avec un diagnostique sans appel : vous souffrez d’un kyste dentaire. Découvert en raison de la présence d’une tuméfaction osseuse ou parce que vous vous plaignez de maux de dent ou de saignements des gencives, votre kyste de la dent vous inquiète.

Il n’y a pourtant pas de quoi car la plupart sont bénins et se soignent très facilement.

Un kyste est une excroissance anormale d’une partie du corps et peut se produire à n’importe quel endroit, y compris dans la bouche.

Très fréquente, cette pathologie est pourtant mal connue et c’est pourquoi nous avons décidé de lui consacrer un dossier spécial sur Dentaly. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur les kystes dentaires et autres types de kyste dans la bouche.

Qu’est-ce qu’un kyste sur la gencive ?

Egalement appelé granulome lorsqu’il est de taille réduite, un kyste dentaire correspond à la formation d’une petite boule ronde ou ovale renfermant généralement un liquide située à l’extrémité d’une dent morte.

Le kyste peut survenir sous n’importe quelle dent, y compris les dents de sagesse. Il s’agit d’une tumeur bénigne localisée dans la mâchoire et dont le volume ne cesse d’augmenter en raison de la production continue de liquide.

Un kyste dans la gencive peut avoir deux origines :

  • Une origine congénitale, le kyste est alors présent dès la naissance ou est lié au développement ;
  • Une origine infectieuse en raison de la présence de bactéries toxiques au niveau de la racine de la dent.
dent cassée et kyste

Un choc dentaire peut entraîner un kyste

La première catégorie regroupe les kystes folliculaires, les kystes d’éruption, les kystes glandulaire ou encore gingivaux. La seconde catégorie regroupe le kyste radiculaire, le kyste résiduel ou encore le kyste para-dentaire.

Dans ce second cas, les bactéries peuvent provenir d’une carie, d’une dent mal soignée ou encore d’un choc (lors d’un accident par exemple) ayant entraîné la nécrose d’une dent.

Lorsque le kyste dépasse la taille critique de 5mm, on ne parle plus de granulome mais de kyste apical et il devient urgent de le traiter.

 

Kyste dentaire : les symptômes

Dans la majorité des cas, le kyste n’entraîne pas de douleur et ne présente pas forcément de signes extérieurs. Il est donc souvent diagnostiqué par hasard, lors d’une visite de routine où le dentiste remarque une grosseur anormale au niveau de la mâchoire ou des gencives.

Parfois, le patient peut ressentir des symptômes plus ou moins graves, tels que :

  • Une douleur dentaire ;
  • Une mobilité anormale d’une dent ou des déplacements dentaires ;
  • Une gêne ou sensation de pression sous la dent ;
  • Un saignement des gencives ;
  • Une fistule avec éventuellement un écoulement de pus ;
  • Une mauvaise occlusion dentaire ;
  • Des fractures de la mâchoire dans les cas les plus sévères.

En raison d’une absence fréquente de symptômes chez les patients souffrant de kystes dans la mâchoire, seule une radiographie, parfois accompagnée d’un orthopantomogramme, permettra de poser un diagnostique clair de kyste apical. Il est donc fortement recommandé de consulter fréquemment (au moins une fois par an) votre dentiste pour assurer un suivi régulier de votre santé buccodentaire.

Radiographie kyste dentaire

Seule la radiographie permet de diagnostiquer un kyste

Kyste dentaire = cancer ?

Bien que l’on parle de tumeur puisqu’il s’agit effectivement d’une augmentation du volume des tissus, celle-ci ne peut entraîner de métastases et ne doit donc pas être assimilée à un cancer. Un kyste de la mâchoire est donc une tumeur sans gravité qu’il sera tout de même nécessaire de traiter pour éviter des complications gênantes à l’intérieur de la bouche.

Parmi ces complications on peut noter :

  • Le risque de formation d’un abcès et une accumulation de pus dans les tissus de la mâchoire ;
  • Une déformation de la mâchoire où se situe le kyste lorsque la taille de celui-ci devient importante ;
  • Une douleur ou une gêne pour mastiquer.

En dehors de ces complications locales, si le kyste dentaire n’est pas traité rapidement, l’infection peut se propager au reste du corps au travers du sang et entraîner un certain nombre de complications potentiellement graves comme :

  • Des problèmes respiratoires ;
  • Des maladies cardiovasculaires ;
  • Un abcès cérébral ;
  • Des douleurs articulaires ;
  • Une atteinte des reins.

C’est particulièrement vrai dans le cas de patients souffrant déjà de pathologies d’un des organes « cibles » comme les poumons, le coeur, le cerveau ou encore les reins. Il est donc important de traiter un kyste de la bouche rapidement.

Kyste dentaire : le traitement

Le traitement d’un kyste dentaire passe généralement par la prise d’antibiotiques pour stopper l’infection.

chirurgien dentaire et son assistante

La chirurgie permet de retirer le kyste durablement

Ensuite, quelle que soit son origine, il sera nécessaire de passer par une énucléation afin de retirer la poche kystique pour éviter qu’elle ne se reforme. L’intervention peut être effectuée sous anesthésie locale, loco-régionale ou encore générale lorsque la situation l’exige, et aura généralement lieu dans le cabinet dentaire.

Si les dents à proximité ou les gencives sont également touchées par l’infection, il faudra également les traiter, voire les extraire.

Une fois l’opération effectuée, le patient devra suivre une série de soins post-opératoires tels que : la prise d’antibiotiques et d’anti-douleur, des bains de bouche, un brossage des dents doux mais soigneux, l’application de glace sur la joue et une alimentation froide pendant les premiers jours.

Le temps de cicatrisation dépendra du type de lésion et de la taille du kyste. Dans tous les cas, il est important que la patient arrête de fumer s’il est fumeur afin d’éviter les problèmes et retards de cicatrisation. Par ailleurs, il sera nécessaire de surveiller la zone afin de s’assurer que le kyste ne réapparaisse pas. Le traitement chirurgical fonctionne durablement pour 80 à 90% des cas de kyste de la mâchoire et les récidives sont généralement dues à un curetage incomplet. Une fois la zone nettoyée, il sera possible de poser un implant dentaire sur la dent qui souffrait du kyste.

Pour vous donner une idée du procédé chirurgical, voici une vidéo d’une opération complète d’un kyste maxillaire sous anesthésie générale :

Comme pour tous les actes chirurgicaux, la cystotomie peut entraîner des complications qui sont toutefois très rares. En général, à la suite de l’opération, les patients peuvent constater des petits saignements dans la zone opérée, parfois accompagnés de douleurs. L’œdème n’est pas fréquent mais peut apparaître chez certaines personnes de manière non prévisible.

De toutes façon, un suivi post-opératoire par le chirurgien dentiste est toujours prévu dans le cadre du traitement d’un kyste dentaire et permet d’éviter un grand nombre de complications.

Les autres types de kystes de la bouche : les kystes hors mâchoire

Il existe d’autres types de kystes pouvant apparaître à proximité de la bouche ou dans la bouche mais qui ne sont pas directement considérés comme des kystes de la région dentaire. Ils touchent notamment le palais, les lèvres, le cou, les cervicales ou encore la peau du visage.

Le kyste sur le palais

Le kyste du canal nasopalatin est le kyste non dentaire de la région buccale le plus fréquent. Il touche environ 1% de la population et majoritairement les hommes.

Bébé atteint d'un kyste au palais

Bébé atteint d’un kyste au palais

Généralement asymptotique, on le diagnostique rarement grâce à la présence d’une tuméfaction de la partie antérieure du palais et le plus souvent à l’aide d’une radiographie du palais.

Pour soigner un kyste du palais, il est nécessaire de pratiquer une énucléation chirurgicale dont les résultats sont généralement très durables.

Le kyste sur la lèvre

Le kyste nasolabial consiste la plupart du temps en un gonflement de la lèvre supérieure qui peut parfois entraîner une obstruction nasale très gênante. Pathologie assez rare, elle touche davantage les femmes que les hommes et survient surtout entre 30 et 50 ans.

Comme pour le kyste dentaire, la solution au kyste sur la lèvre consiste en une excision et une ablation totale du kyste, parfois accompagnée d’un traitement antibiotique.

Le kyste de la joue

Les kystes situées à l’intérieur de la joue sont souvent des kystes dermoïdes, bénins et qu’il est nécessaire de retirer chirurgicalement pour éviter toute complication.

Si le kyste est localisée sur l’extérieur de la joue, on ne parle alors plus de kyste buccal, mais de kyste sébacé et il s’agit davantage d’un problème dermatologique.

Conclusion

Le kyste dentaire, tout comme les autres kystes de la cavité buccale, est la plupart du temps bénin et son traitement est simple et durable : il convient de procéder à une énucléation chirurgicale du kyste, souvent accompagnée d’un traitement antibiotiques.

Il est toutefois important de rappeler que le meilleur traitement étant la prévention, le contrôle dentaire annuel accompagné d’un bilan radiographique est indispensable, de même qu’un bon entretien des dents au quotidien.

Par ailleurs, si vous souffrez d’une maladie infectieuse à la cause inexpliquée, pensez au kyste dentaire qui passe souvent inaperçu.

rendez-vous chez le dentiste

Un bon suivi dentaire est essentiel