Dentiste low cost : aubaine ou danger ?

En France, les soins dentaires sont les premiers à être reportés.

Cette donnée tirée du « Baromètre confiance et bien-être« , réalisé par la MGEN et l’Institut Solidaris, montre bien l’étendue du problème que rencontrent bon nombre de patients français. Et ce constat est particulièrement vérifié dans le cas des implants et couronnes dentaires, qui font partie des soins les plus coûteux et les moins bien remboursés.

Face à cette situation, deux phénomènes sont en plein boom.

D’un côté, le tourisme dentaire propose aux personnes nécessitant d’importants travaux dentaires de se rendre à l’étranger pour bénéficier de soins moins chers. De l’autre, les cabinets dentaires pas chers se multiplient dans l’hexagone, faisant du « dentiste low cost » une réalité…

Mais à quoi renoncent les cliniques dentaires low cost pour proposer des tarifs si bas ? La qualité des soins et de l’attention portée aux clients est-elle toujours au rendez-vous ? L’éthique de la profession est-elle respectée ?

C’est pour répondre à ces questions et à toutes celles que vous vous posez au sujet des soins dentaires à bas coût que nous vous proposons aujourd’hui ce dossier spécial sur Dentaly.org.

L’apparition des soins dentaires pas chers en France

dentiste low cost

Affichant des tarifs extrêmement bas, notamment sur les implants, les centres dentaires low cost se multiplient en périphérie des grandes villes

DentiFree, Dentalvie, Dentego, Dentexia, etc… Leurs noms vous disent peut-être quelque chose. Ces cabinets dentaires low cost ont été fondés grâce à la loi Bachelot de 2009 qui a rendu possible la création de centres de santé sous statut associatif, c’est à dire par des professionnels issus d’autres secteurs (finance, commerce, etc) que la médecine et la dentisterie pures.

Affichant officiellement leur intention de rendre les soins dentaires accessibles à tous, y compris les traitements et interventions chirurgicales les plus coûteux, ils sont le plus souvent situés en dehors des centre-villes (pour des raisons d’économies évidentes) et affichent effectivement des tarifs beaucoup moins élevés que ceux des cabinets classiques.

Pour vous donner une idée, nous avons comparé les tarifs moyens constatés en France dans des cabinets dentaires traditionnels et dans des centres dentaires low cost :

SoinsTarifs moyens pratiqués en cabinet dentaireTarifs moyens dans les cabinets low cost
Couronne métallique Entre 350 et 1200€ Entre 400 et 500€
Couronne céramique Entre 600 et 1500€ Entre 500 et 600€
Implant dentaire Entre 1250 et 2350€ Entre 500 et 700€

C’est donc assez logiquement que ces centres dentaires ont trouvé une clientèle importante parmi les milliers de Français en attente de soins. Aujourd’hui il existe près de 600 centres dentaires low cost en France mais les critiques sont féroces de la part notamment des dentistes et autres professionnels de santé.

Pour en savoir plus, découvrez ce reportage très complet sur le sujet :

Les « dentistes pas cher » sont-ils tous des dentistes low cost ?

Il est important de faire la différence entre des soins dentaires moins chers et des soins dentaires low cost. Il existe en effet des moyens de payer ses soins dentaires moins cher sans pour autant céder aux sirènes du « low cost ».

Pour bénéficier de tarifs moins élevés, la règle d’or c’est la comparaison. Il faut en effet prendre le temps de demander des devis à plusieurs dentistes afin de pouvoir les comparer et choisir celui qui correspond le mieux à nos besoins et à notre budget.

Mais comment peut-on expliquer les différences de tarifs d’un praticien à un autre ?

comparer devis

Pour bénéficier de soins dentaires moins chers, il est capital de comparer les devis de plusieurs dentistes

De nombreux facteurs peuvent être pris en compte dans l’établissement des tarifs des soins dentaires et notamment :

  • La localisation du cabinet et le prix des loyers
  • La réputation du cabinet
  • L’expérience du dentiste
  • Le choix des matériaux et des marques
  • La définition d’un prix défini « avec tact et mesure » pour chaque dentiste

Il est donc tout à fait possible de trouver des dentistes moins chers sans pour autant que les soins ne soient considérés comme « low cost ».

Comment expliquer les tarifs pratiqués par les centres dentaires low cost ?

Si les cabinets dentaires low cost axent leur communication sur des prix particulièrement bas, ceux-ci ne concernent pas tous les traitements. Il existe en effet de nombreux soins dentaires dont le prix est encadré par l’Assurance Maladie. C’est notamment le cas des consultations et des soins conservateurs (traitement des caries par exemple), préventifs (détartrage) et chirurgicaux (extractions dentaires), mais aussi des actes de radiologie.

Attention toutefois, la fixation des tarifs par la Sécurité Sociale possède une limite, les dentistes ont la possibilité de réaliser des dépassements d’honoraires dans les cas suivants :

  • Si le patient a des exigences particulières, par exemples si les soins sont effectués en dehors des horaires habituels du cabinet
  • Si le chirurgien-dentiste que vous consultez dispose d’un droit permanent à dépassement
  • Si le médecin stomatologiste que vous consultez exerce en secteur 2

Dans ces cas là, les centres dentaires low cost ne pratiquent généralement pas de dépassements d’honoraires et s’en tiennent aux tarifs de convention.

D’autre part, il faut savoir que les dentistes ont toute la liberté de fixer leurs tarifs pour les prothèses dentaires et les traitements d’orthodontie.  C’est donc surtout dans ce domaine que les dentistes au rabais attirent de nombreux patients.

Pour proposer des tarifs aussi bas, ces cabinets utilisent le modèle low cost qui a fait ses preuves dans d’autres secteurs d’activité (transport et grande distribution notamment) :

low cost

Le modèle low cost a fait ses preuves en matière de transport aérien, mais est-il transposable à la médecine ?

  • Mutualisation des achats avec d’autres centres dentaires de la même enseigne entraînant des économies d’échelle : en commandant plusieurs milliers d’implants par an, les cabinets low cost peuvent donc faire jusqu’à 20% d’économies sur le prix de chaque implant.
  • Délocalisation de certains services : notamment de l’administration et du service après-vente.
  • Salarisation des chirurgiens dentistes : dans ce cas, le chirurgien-dentiste reçoit de son employeur des directives dont il ne peut se soustraire en raison de son lien de subordination avec son employeur.
  • Rationalisation des activités : dans les cliniques low cost, les dentistes ont souvent jusqu’à 15 rendez-vous par jour et ne perdent pas de temps à préparer ou nettoyer la salle, des assistantes sont là pour s’en occuper.

Ces cliniques dentaires sont par ailleurs presque toujours situées en dehors des centre-villes afin de bénéficier de loyers moins élevés et ne sont que très chichement décorées pour éviter les frais « inutiles ».

Mais est-ce que ce modèle « low cost » est applicable à la médecine sans compromettre la santé des patients ?

La qualité est-elle toujours au rendez-vous ?

Face à des tarifs extrêmement bas, beaucoup de professionnels remettent en question la qualité des soins et du traitement offerts par les cabinets low cost. Certains patients parlent même d’un « traitement industriel » où la logique du chiffre prévaut souvent sur l’écoute et l’attention envers les patients.

instruments dentiste

Nombreuses sont les critiques pointant un défaut de qualité du matériel ou des procédures non respectées

Le matériel utilisé est également souvent remis en cause : économies d’échelle, certes, mais comment être sûr que les instruments et le matériel médical utilisés dans ce genre de cabinets respectent bien les normes européennes et bénéficient d’une réelle traçabilité ? Même question au niveau des règles de stérilisation et d’hygiène !

Du côté du Conseil de l’Ordre des dentistes on parle de « dérive mercantile » et on critique la « dentisterie low cost axée sur la seule prothèse » et l’implantologie, bien plus rentables que les soins conservateurs.

Autre critique fréquente, celle du surtraitement : des patients qui viennent consulter pour une ou deux caries et qui repartent avec plusieurs implants ou couronnes alors que ce n’était pas forcément nécessaire.

Mais ce n’est malheureusement pas les seuls risques auxquels on s’expose en choisissant la dentisterie low cost…

Les risques des cliniques dentaires low cost : le cas Dentexia

Si l’on s’en tient au discours officiel des cliniques dentaires à bas coût, elles n’ont qu’un objectif : donner accès aux soins dentaires les plus coûteux à tous les patients qui ont en besoin.

Dans la réalité, on constate que le dentiste low cost peut également s’avérer être un business juteux dans lequel certaines âmes sans scrupule n’hésitent pas à se lancer, au détriment de la santé des patients…

dentexia

Le scandale Dentexia illustre parfaitement les dérives mercantiles du système de dentisterie low cost

Fondé par Pascal Steichen en 2011, le réseau Dentexia était une association regroupant des centres de soins dentaires à bas coût, d’abord dans la région de Lyon puis près de Paris.

Misant sur le modèle low cost, cet investisseur a créé un véritable système dans lequel les soins des premiers patients n’étaient financés que par les « clients » suivants. Les patients étaient évidemment invités à régler l’intégralité de leur traitement à l’avance et la machine Dentexia cherchait à faire rentrer plus de patients possibles… Jusqu’à ce que ce système intenable finisse par exploser.

Aujourd’hui, la société a été liquidée et des milliers de personnes ont été victimes de cette marchandisation de la santé.

Des plaintes ont été déposées, notamment pour abus de confiance et escroquerie mais la plupart des patients arnaqués se retrouvent aujourd’hui dans des situations très compliquées : certains patients ont payé leurs traitements mais n’ont jamais été soignés, d’autres ont commencé les soins mais doivent maintenant les terminer coûte que coûte, d’autres enfin ont fait appel au crédit proposé par Dentexia et se retrouvent désormais avec des dettes, sans avoir reçu de soins dentaires.

Les procédures auxquelles ils sont confrontés pour demander réparation sont par ailleurs très lentes et compliquées, ne laissant rien présager de bon pour l’avenir…

Si vous vous intéressez à l’affaire Dentexia, nous vous recommandons tout particulièrement le reportage que lui a consacré l’émission Envoyé Spécial au printemps 2017 :

Dentiste low cost en France ou soins dentaires à l’étranger ?

Les cliniques dentaires low cost en France sont cependant loin d’être la seule option à la portée des Français nécessitant des soins dentaires pas chers. De nombreuses cliniques dentaires à l’étranger proposent en effet des prix bas sans compromis sur la qualité. C’est particulièrement le cas en Hongrie, où les soins et le matériel sont d’excellente qualité.

Comment expliquer ces prix bas dans ce cas ?

budapest

Les prix bas pratiqués en Hongrie ne se font pas au détriment de la qualité des soins

Et bien, là encore, il y a plusieurs facteurs qui permettent aux cliniques hongroises de proposer des tarifs bien moins élevés qu’en France :

  • Le prix des loyers en Hongrie
  • Le niveau des salaires
  • Les tarifs des prothèses dentaires
  • La fiscalité locale

En choisissant de se faire soigner les dents en Hongrie, les patients peuvent ainsi économiser entre 50 et 65% sur leurs frais dentaires, en particulier s’il agit d’implants dentaires.
Pour vous donner une meilleure idée de la différence de prix entre la France et la Hongrie, nous avons préparé un tableau comparatif sur les soins les plus coûteux :

TraitementsEn FranceEn HongrieEconomies
Implant dentaire + pilier 1200€ en moyenne 600€ en moyenne - 50% (600€ d'économies)
Couronne céramo-métallique 650€ en moyenne 220€ en moyenne -66% (430€ d'économies)
Implant entier (pilier + implant + couronne) 1800€ en moyenne 800€ en moyenne -55% (1000€ d'économies)

Spécialisée dans le tourisme dentaire depuis déjà de nombreuses années, la Hongrie offre en effet des prestations de grande qualité en la matière : de nombreuses cliniques dentaires proposent ainsi des packs comprenant l’organisation du voyage (transferts aéroport, hébergement, service de traduction, etc) et des soins dentaires, le tout dans la langue du patient ! Sécurisés et bien organisés, ces séjours dentaires séduisent de plus en plus de patients souhaitant miser sur les prix bas, sans renier la qualité des soins.

Il est également bon de savoir que les soins dentaires effectués au sein de l’Union Européenne sont pris en charge par la Sécurité Sociale sur la base des remboursements en France. La procédure est par ailleurs très simple et le reste peut également être remboursé par la mutuelle.

Conclusion

Répondant à un besoin réel des patients français, le dentiste low cost est un phénomène qui fait actuellement débat : il apparaît d’un côté comme une solution pour un grand nombre de personnes qui n’ont pas les moyens de se payer des implants et prothèses dentaires, et de l’autre, il soulève la question de la marchandisation de la santé et des soins dentaires au rabais.

Si vous cherchez une alternative aux cabinets dentaires pas chers pour vos soins dentaires, nous vous conseillons plutôt de vous renseigner au sujet du tourisme dentaire. En tant que spécialistes du tourisme dentaire en Hongrie, nous pouvons vous conseiller et répondre à toutes les questions que vous vous posez à ce sujet.

Par ailleurs, si vous souhaitez obtenir un devis gratuit pour vos soins dentaires en Hongrie, merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous :

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
WhatsApp