Mutuelle dentaire: Quelle est la meilleure mutuelle? Notre guide

Choisir une complémentaire santé
Vous serez certainement d’accord avec nous pour dire que se faire soigner les dents est presque devenu un luxe de nos jours.

Entre les tarifs prohibitifs et l’insuffisant remboursement de la part de la sécurité sociale sur certains soins comme les implants dentaires ou l’orthodontie adulte, de plus en plus de Français font l’impasse sur ces soins tant qu’ils n’ont pas réellement mal.

Il existe pourtant des solutions pour se faire soigner les dents sans sacrifier son budget. Parmi ces solutions, choisir une bonne mutuelle dentaire est crucial pour que vos frais soient remboursés au maximum. Mais l’offre est aujourd’hui tellement abondante qu’il est difficile de faire son choix.

Entre les slogans accrocheurs, les promesses de remboursements exceptionnels, les périodes de carence, les petites astérisques qui cachent un grand nombre de conditions, il n’est pas évident de trouver sa complémentaire idéale.

C’est pour vous aider à y voir plus clair et à bien choisir votre mutuelle pour vos soins dentaire que nous avons décidé de préparer ce guide complet sur les complémentaires santé.

Vous y trouverez notamment toutes les informations utiles pour vous faire rembourser au maximum vos soins mais également tous les critères à prendre en compte pour choisir votre mutuelle. En bonus, nous vous proposons également un outil très performant pour comparer les différentes offres disponibles actuellement sur le marché.

Remboursement des soins dentaires par la sécurité sociale

Soins dentaires, consultations chez le dentiste ou chez un spécialiste, prothèses dentaires, implants, facettes, orthodontie adulte, les soins dentaires dont on a besoin au cours d’une vie sont nombreux. Mais malheureusement tous ne sont pas remboursés par l’assurance maladie (loin de là!) et pour ceux qui le sont, cette dernière ne prend en charge que 70 % de la base de remboursement.

Pour vous faire une idée du montant que peut représenter la part de la sécurité sociale pour un soin dentaire, nous vous proposons ce tableau :

Soins Dentaires Tarifs Base de remboursement Taux de remboursement Montant remboursé
Détartrage 28,92 € 28,92 € 70 % 20,24 €
Traitement d'une carie une face 28,9 € 28,92 € 70 % 11,80 €
Couronne Honoraires libres 107,50 € 70 % 75,25 €
Inlay Honoraires libres 107,50 € 70 % 85,78 €
Orthodontie adulte Non Remboursé Non Remboursé Non Remboursé
Facette dentaire Non Remboursé Non Remboursé Non Remboursé
Implant dentaire Couronne uniquement (cf couronne) NA 75,25 €

Comme vous pouvez le constater, une carie est bien mieux remboursée qu’un implant dentaire. En effet, celui-ci mais également les facettes dentaires ou encore l’orthodontie adulte ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie. Pas un seul centime. Pour les implants, la sécu prend en charge la couronne uniquement (fausse dent) que l’on pose sur l’implant, mais cela représente une partie très faible du coût total.

Prendre une assurance santé complémentaire est donc un choix judicieux mais surtout nécessaire si l’on veut avoir des dents en bonne santé sans s’endetter à vie ou si l’on veut tout simplement se soigner. Pour le remboursement d’implant dentaire, de facette dentaire ou d’orthodontie, vous n’avez pas d’autres choix que de souscrire à une assurance dentaire complémentaire.

Nous mettons à disposition ci-dessous, un comparateur gratuit qui vous permet de savoir combien remboursent les principales mutuelles du marché en fonction de votre situation. C’est bien sûr gratuit, sans engagement et ça permet de voir rapidement combien vous pourriez être remboursé de vos frais dentaires.


Nos autres articles sur le sujet

Avant de rentrer dans le vif du sujet, nous vous invitons à consulter nos autres articles sur les complémentaires santé prenant en charge les frais dentaires :

Tout avoir sur la mutuelle d'entrepriseRappel sur la loi de 2016 prévoyant des complémentaire santé obligatoire dans toutes les entreprises

A partir du 1er janvier 2016, tous les employeurs du secteur privé doivent proposer une complémentaire santé à tous les salariés n’en disposant pas, en complément des remboursements de base de l’assurance maladie.

Ce que dit la loi

L’employeur a dorénavant l’obligation de souscrire un contrat auprès d’un organisme assureur de son choix après une mise en concurrence et doit en assurer le suivi. S’il n’y a pas d’accord entre les partenaires sociaux, il doit négocier avec les représentants du personnel de l’entreprise. Si aucun accord n’est possible, l’employeur doit mettre en place, par décision unilatérale, une couverture santé collective obligatoire au 1er janvier 2016.

Le contrat doit remplir certaines conditions :

  • L’employeur doit participer financièrement à hauteur de 50 % de la cotisation, le reste étant bien sûr dû par le salarié
  • Le contrat établi doit garantir un panier de soins minimum
  • Le contrat est obligatoire pour les salariés sauf cas particuliers (voir plus bas)
  • La couverture est prévue pour l’ensemble des salariés mais également leurs ayants droit

Que comprend le panier minimum ?

Il concerne :

  • L’intégralité du ticket modérateur sur les consultations, les actes et les prestations remboursables par l’assurance maladie (sauf certaines exceptions)
  • La totalité du forfait journalier hospitalier lors d’une hospitalisation
  • Les frais dentaires à hauteur de 125 % du tarif conventionnel (prothèses, orthodontie)
  • Les frais d’optique forfaitaire sur une période de 2 ans avec un minimum de 100 euros pour une correction simple

Peut-on refuser une complémentaire santé d’entreprise ?

Normalement, la mutuelle d’entreprise est obligatoire pour tous les salariés et doit prendre effet dès le jour d’embauche. Le salarié peut alors résilier sa complémentaire santé et ce, sans attendre la date anniversaire de son contrat.

Il est cependant possible au salarié de refuser et d’être dispensé de souscrire à cette assurance complémentaire obligatoire. Nous vous expliquons ces cas particuliers :

  • Si le salarié possède une mutuelle individuelle et qu’il est déjà présent dans l’entreprise lors de la mise en place de la complémentaire santé obligatoire, il peut en refuser son adhésion jusqu’à la date anniversaire de son contrat. Sachez toutefois qu’il doit prouver qu’il est couvert par une assurance individuelle et qu’il doit en donner la date d’échéance.
  • S’il est déjà couvert par une autre complémentaire obligatoire comme celle de son conjoint par exemple, il peut également être dispensé de l’adhésion à une mutuelle obligatoire. Il doit bien évidement justifier de cette autre couverture. Cependant, pour que cette dispense soit appliquée, il faut qu’elle soit prévue par l’acte qui institue la complémentaire dans l’entreprise.
  • Si le contrat de la complémentaire a été mis en place unilatéralement par l’entreprise et si le salarié est présent dans l’entreprise à ce moment-là, il peut refuser d’y adhérer si l’employeur lui demande une cotisation.
  • Un salarié peut également être dispensé s’il bénéficie de l’ACS jusqu’au terme de son contrat et ce, même s’il est déjà employé ou s’il est embauché après la mise en place de la mutuelle collective obligatoire.
  • Si le salarié est en CDD (moins de 12 mois) ou saisonnier, il peut être dispensé. Il faut toutefois qu’il justifie d’une adhésion à une autre couverture santé.
  • Si le salarié travaille pour plusieurs employeurs et qu’il est déjà couvert par une autre complémentaire obligatoire, il peut refuser de souscrire à d’autres contrats d’autres employeurs.
  • Si le salarié a un contrat à temps partiel ou s’il est apprenti et si la cotisation est au moins égale à 10 % de son salaire, il peut refuser d’adhérer à la mutuelle collective.

Les avantages et les inconvénients pour les salariés

Le principal avantage est bien sûr que le coût de l’adhésion à l’assurance complémentaire est moins élevé pour le salarié car une partie des cotisations est payée par l’entreprise.

Il y a quand même quelques inconvénients et notamment la partie payée par l’employeur : elle est désormais imposable. Cela peut impliquer une hausse d’impôt de 100 à 150 euros.

L’autre gros inconvénient se porte sur les remboursements et notamment ceux des implants dentaires. En effet, comme ceux-ci ne sont pas remboursés par l’assurance maladie, les mutuelles choisies par les employeurs ne couvrent pas, dans la majorité des cas, ce type de soins dentaires. Le salarié se trouve donc dans l’obligation de prendre une autre mutuelle s’il veut être remboursé ou avoir une prise en charge plus importante.

Le projet de réforme « reste à charge zéro »

En 2017, lors de sa campagne pour les présidentielles, Emmanuel Macron promettait de mettre « en place la prise en charge à 100 % des lunettes et des prothèses auditives et dentaires d’ici 2022, en lien avec les mutuelles et l’ensemble des professionnels de santé ».

Cette réforme permettrait ainsi de lutter contre le renoncement aux soins qui concerne aujourd’hui près d’un Français sur 5, essentiellement à cause des tarifs exorbitants de certains soins, en particulier dans le domaine de la santé dentaire.

Mais qu’en est-il pour le moment ?

Premier pas dans la mise en place de cette réforme, le prix des prothèses dentaires a été plafonné au 1er janvier 2018. La nouvelle réforme devrait par ailleurs renforcer ce plafonnement et permettre ainsi un meilleur accès aux soins.

Le 1er juin 2018, une deuxième étape a été franchie avec la signature d’un accord accord entre deux syndicats de dentistes et l’Assurance maladie, permettant aux patients de bénéficier d’une meilleure prise en charge et d’un élargissement de la gamme de soins dentaires, dite « basique ».

D’ici 2020, les frais à la charge du patient devraient ainsi nettement diminuer avec la mise en place de 3 niveaux de prise en charge : un « reste à charge zéro » étendu à 46 % des prothèses dentaires, tandis qu’un quart bénéficiera d’un « reste à charge modéré » avec des prix plafonnés.

Si tout se passe bien d’ici là, c’est donc une excellente nouvelle pour tous !

Les soins dentaires coûtent très chers
Les soins dentaires coûtent très chers

Mutuelle dentaire et remboursement des frais dentaires

On dit que la santé n’a pas de prix… Mais elle a un coût et il peut être très élevé lorsqu’il s’agit des soins dentaires. Le remboursement dentaire commence par la prise en charge de la sécurité sociale et la mutuelle prend ensuite le relais. Mais pas tout le temps.

Vous l’aurez compris, se faire rembourser ses soins dentaires est assez compliqué. Choisir une mutuelle dentaire l’est aussi. Il en existe des dizaines et faire son choix est un véritable parcours du combattant. Les formules sont différentes de l’une à l’autre, les remboursements aussi sans parler des mensualités.

Faites attention à celles qui vous promettent monts et merveilles. Certaines vous proposent par exemple de rembourser 300 % sur les couronnes. Lisez bien le contrat car souvent ces 300 % s‘appliquent sur le tarif de la sécurité sociale et non pas sur celui de la couronne. Voici un exemple très simple :

Votre couronne est facturée 600 euros. Le taux de convention est de 107,50 euros. L’assurance maladie vous rembourse 70 % de ce taux donc 75,25 euros. Votre mutuelle vous promet de vous rembourser 300 % du taux de convention. Elle prendra donc en charge : 107,50 x 3 = 322,50 euros. Ce simple calcul : 300 – 75,25-322,50 vous démontre que 202,25 euros seront à votre charge. Certaines mutuelles jouent donc sur les mots, soyez vigilant.

Sachez que les remboursements des complémentaires santé fonctionnent de deux manières :

  • Les remboursements forfaitaires : votre mutuelle vous indique le montant par mois ou par an qu’elle remboursera pour vos frais dentaires. Si vous dépassez ce montant, vous payez le supplément. Certaines complémentaires proposent pour les patients n’ayant eu aucun remboursement dentaire durant l’année de répercuter les montants de remboursements sur l’année suivante.
  • Les remboursements en pourcentage : ces remboursements sont fixés sur la base de l’assurance maladie. Ils peuvent démarrer sur une base à 100 % et peuvent atteindre les 700 ou 800 % pour certaines mutuelles.

Le prix d’une mutuelle santé est très aléatoire et peut varier du simple ou double pour les mêmes garanties et les mêmes niveaux de remboursement. Son prix dépend de beaucoup de facteurs : l’âge, les habitudes médicales, la situation sociale (nombre d’enfants par exemple) ou le département de résidence. Il est, d’après de récentes études, compris entre 400 et 600 euros par an et près de 90 euros par mois pour les plus de 60 ans.

Vous devez également prendre en compte dans votre choix le délai d’attente de la prise en charge et surtout si les actes hors nomenclature sont pris en charge.

Découvrez dans ce reportage, quelques informations supplémentaires sur les tarifs dentaires et la prise en charge par la mutuelle :

Pour vous aider à vous y retrouver, pensez à utiliser notre comparateur gratuit de mutuelles, présenté plus haut sur cette page :

Qu’est-ce qu’une mutuelle dentaire sans plafond ?

Comme son nom l’indique, une mutuelle dentaire sans plafond est une complémentaire qui ne pose pas de limite de remboursement pour les soins dentaires. Concrètement, ces contrats remboursent les frais réellement engagés, c’est à dire le ticket modérateur ainsi que les dépassements d’honoraires éventuels, et n’imposent pas de délai de carence pour les assurés. Vous pouvez donc en bénéficier dès la signature de votre police d’assurance.

Il faut par ailleurs savoir que les mutuelles dentaires sans plafond sont plus coûteuses que les assurances complémentaires classiques. Elles sont donc surtout intéressantes pour les personnes faisant face à d’importants frais dentaires, notamment en matière d’implantologie, d’orthodontie ou de parodontologie. Les seniors, en particulier, peuvent y trouver leur compte.

Encore une fois, avant de faire votre choix, n’oubliez pas de prendre votre temps pour comparer les différentes offres des assureurs.

L'orthodontie pour adultes
L’orthodontie pour adultes

Remboursement de l’orthodontie adulte

A l’inverse de l’orthodontie des enfants de moins de 16 ans, l’orthodontie pour les adultes n’est pas prise en charge par l’assurance maladie et la complémentaire obligatoire.

Il faudra donc, là aussi, envisager une assurance complémentaire si vous ne voulez pas payer l’intégralité des frais liés à l’orthodontie. Le plus souvent, ce type de remboursement se fait sous forme de forfait.

Des implants non remboursés par la CPAM
Des implants non remboursés par la CPAM

La meilleure mutuelle pour un implant dentaire ?

Le remboursement implant dentaire ne fait pas non plus partie des soins dentaires remboursés par l’assurance maladie. Seule la couronne sur l’implant est remboursée (soit est 75€ de prise en charge sur coût total moyen entre 1200€ et 2000€ !)
Certaines mutuelles peuvent prendre en charge le remboursement de vos implants mais pas toutes.

Il faut donc être vigilant lorsque vous choisissez une complémentaire santé.

Les implants sont souvent compris dans des couvertures haut de gamme et sont remboursés sous forme de forfaits ou de tarifs reconstitués.
Pour connaître les mutuelles qui remboursent au mieux les implants, vous pouvez là encore, utiliser notre comparateur. Il donne un aperçu des remboursement d’implants par mutuelle.

Un sourire éclatant mais qui coûte cher sauf avec une mutuelle
Un sourire éclatant mais qui coûte cher sauf avec une mutuelle

Facette dentaire : remboursement et prise en charge

La sécurité sociale ne prend pas en charge le remboursement des facettes dentaires. La pose d’une facette est considérée comme un soin dentaire esthétique et comme le blanchiment dentaire par exemple, elle n’est donc pas remboursable par l’assurance maladie. Sachez toutefois que les facettes étant de plus en plus posées, certaines mutuelles proposent désormais le remboursement d’une facette dentaire. Renseignez-vous au préalable

des soins moins chers à l'étranger
Des soins moins chers à l’étranger

Une complémentaire santé rembourse-t-elle les soins dentaires réalisés à l’étranger ?

De plus en plus de français partent à l’étranger et notamment en Hongrie pour se faire soigner les dents. Ce choix est largement justifié par les économies réalisées notamment sur la pose d’implants dentaires.

Il est important de savoir que vous serez remboursé au même titre que si les soins avaient été faits en France, par la sécurité sociale et par la mutuelle, à condition que vous choisissiez un pays faisant partie de l’Union Européenne.

En effet, ces organismes reconnaissent tout autant les soins faits en Europe, qu’en France (et ont tout intérêt eux aussi à payer moins cher !)

Pour ce qui est des soins qui ne sont pas remboursés en France par la Sécu, comme les implants ou les facettes, ils ne seront bien sûr pas non plus remboursés à l’étranger par la Sécu. Mais si votre mutuelle prévoit un remboursement de ces frais, alors ils seront couverts comme si vous faisiez les soins en France.

La plupart des mutuelles prévoient le remboursement des soins à l’étranger. N’hésitez donc pas à poser des questions à votre complémentaire santé avant de souscrire un contrat.

Mutuelle dentaire : avis

Si vous n’êtes toujours pas convaincu de la nécessité de choisir une complémentaire santé prenant en charge les frais dentaires, voici quelques avis d’assurés trouvés sur Internet qui devraient vous permettre d’y voir plus clair :

Michelle, qui a eu besoin d’implants dentaires, nous donne par exemple son astuce pour faire baisser ses frais dentaires :

Les mutuelles dentaires sans limite du nombre d’implants remboursables restent à mon avis la meilleure solution face aux grosses dépenses. Pour ma part, je prends toujours une mutuelle dentaire pas chère, j’attends 2 ans pour cumuler le plafond de remboursement puis j’entame les soins.

Isa, elle, rappelle qu’il ne faut pas uniquement regarder le coût d’une complémentaire :

La meilleure mutuelle soin dentaire ce n’est pas uniquement la moins chère pour les adhérents mais c’est surtout celle qui rembourse bien les soins dentaires et les travaux importants chez un orthodontiste, ou ceux effectués par un chirurgien pour des implants dentaires. Alors, ma conclusion c’est qu’il y a un rapport corrélatif entre la qualité des soins et le prix des remboursements. Si tu paies, tu peux espérer être bien pris en charge dentaire par ta mutuelle.
Enfin, Lis64wc, nous donne les détails de son remboursement suite au démarrage de son traitement orthodontique :
Je viens de finir mon premier semestre de traitement orthodontique (j’ai 30 ans). J’ai donc envoyé la facture à la mutuelle. J’attendais le versement pour poster sur le forum.
C’est fait. Les 1200 euros sont arrivés sur mon compte hier :)
Youpi ! 
C’est une mutuelle qui me coute 75euros/mois (le forfait le plus cher) et qui rembourse 1370euros/an pour l’orthodontie adulte non remboursée. Autant dire que l’investissement est largement amorti ! (là mon semestre coutait 1200 euros donc c’est ce qu’ils m’ont remboursé).
Il n’y a pas de délai de carence. Je l’ai prise au 1er novembre et j’ai commencé mes soins dans le courant du mois de novembre.
J’ai un autre mutuelle qui rembourse 800euros/an que je paie 50euros/mois (le forfait le plus cher aussi), mais à eux j’enverrai la facture du second semestre vu que tout le premier semestre était couvert par la premiere mutuelle. J’ai assez confiance en cette mutuelle qui m’a déjà remboursée 600 euros sur mon opération de ma myopie. 
Voilà

Conclusion

Choisir une mutuelle santé ne se fait pas à la va-vite. Il faut poser les bonnes questions, être sûr que tel ou tel soin est couvert, combien il est remboursé, quel est le prix de l’adhésion etc.. si vous désirez connaître la meilleure mutuelle dentaire pour votre situation.

Le domaine des remboursements dentaires est complexe et les mutuelles sont nombreuses, ce qui complique les choses. Pour éviter de perdre du temps, pour trouver l’organisme qui correspond le plus à vos besoins en matière de remboursements, nous vous conseillons de demander plusieurs devis auprès de plusieurs complémentaires santé. Cela vous permet de prendre le temps de choisir, de regarder les propositions au calme et de choisir en toute connaissance de cause celle qui vous correspond le mieux.

Notre comparateur gratuit, vous permet de faire cela. Après avoir rentré vos informations, vous aurez accès à plusieurs devis de mutuelles, correspondant à votre profil. C’est simple, pratique et gratuit et cela vous permet de comparer plusieurs mutuelles en seulement quelques clics. Les devis qui vous seront proposés sont bien évidemment ceux qui vous correspondent le mieux…et surtout les moins chers ! Tout ça bien sûr gratuitement et sans engagement.

Vous avez aimé cet article? Faites le nous savoir en nous donnant une note ci-dessous
Mutuelle dentaire: Quelle est la meilleure mutuelle? Notre guide
4.8 (96.67%) 18 participants

Sources

Site Officiel de l’Administration Française : service-public.fr. Complémentaire santé d’entreprise (mutuelle santé). [en ligne] <https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F20739> Consulté le 22 septembre 2018.

Site de l’Assurance Maladie : Ameli.fr. Soins dentaires : de nouveaux tarifs à partir du 1er janvier 2018. [en ligne] <https://www.ameli.fr/assure/actualites/soins-dentaires-de-nouveaux-tarifs-partir-du-1er-janvier-2018> Consulté le 22 septembre 2018.

Site du gouvernement : gouvernement.fr. #ResteAChargeZero en clair. [en ligne] <https://www.gouvernement.fr/partage/10336-resteachargezero-en-clair> Consulté le 22 septembre 2018.