Ne pas se faire soigner les dents : les risques

Par 
Souvent, c’est la peur qui nous empêche d’aller voir le dentiste, pour des soins de prévention ou de réparation.

C’est un sentiment très vif : vous n’aimez PAS aller chez le dentiste… C’est peut-être que vous en avez des mauvais souvenirs d’enfance ou alors que vous avez vraiment peur des instruments « pointus ». Ou bien tout simplement parce que vous savez que les soins dentaires sont toujours hors budget pour vous. Alors la politique de l’autruche, vous trouvez cela très efficace : « Je n’ai pas très mal, ça va passer », « On verra plus tard, là je n’ai pas le temps ». Mais, malheureusement, les conséquences d’un renoncement aux soins dentaires, occasionnel ou perpétuel, sont sérieuses. Il y a de vrais risques pour votre santé et pour la qualité de votre vie en général.

Dentaly.org vous explique l’importance d’avoir recours aux soins dentaires appropriés au bon moment, et vous donne des conseils pour répondre au mieux aux causes d’un renoncement aux soins. Stomatophobie ou manque de moyens financiers : il y a des solutions réelles, pratiques et efficaces !

Les risques du renoncement aux soins dentaires

En cas d’abcès dentaire

L’abcès dentaire est dû à une infection d’origine bactérienne. C’est l’accumulation de pus, réactionnelle à l’infection, qui va provoquer les fortes douleurs autour de la racine de la dent touchée. « Grâce » à ce fort signal qu’est la douleur inflammatoire, les soins d’un abcès sont plus généralement retardés que complètement reniés par le patient, et heureusement. La seule solution à la douleur reste le soin. Mais le fait même de retarder le soin est dangereux : outre le fait de perdre définitivement la dent touchée, il y a le risque d’une propagation rapide de l’infection aux sinus, au cerveau et même au cœur, avec toutes les complication que cela peut engendrer.

Il faut consulter dès les premiers symptômes de douleurs dentaires. Nos dents sont de véritables alarmes: en cas de problèmes, elles le signalent vite et puis de plus en plus fort!

En cas de gingivite

Moins douloureux qu’un abcès, une gingivite est trop facilement ignorée par les patients qui fuient les soins dentaires. Or, là aussi, des conséquences sérieuses sont à craindre. Une gingivite mal soignée ou soignée trop tardivement entraîne à coup sûr une parodontite, dont les symptômes dentaires sont le déchaussement et la perte des dents. Les gencives enflammées se rétractent, saignent, et cela crée un vrai « nid à bactéries » autour des dents. Certaines de ces bactéries peuvent passer dans la système sanguin et provoquer des pathologies graves, notamment cardio-vasculaires, surtout chez la personne âgée ou la femme enceinte.

Il faut consulter dès les premiers saignements (on les voit dans l’eau de rinçage après le brossage) et les premières rougeurs des gencives (qui font comme une collerette rouge autour des dents).

En cas de carie

carie dentaire
Il est impératif de soigner une carie dentaire pour éviter que la pulpe ne soit touchée et qu’une dévitalisation ou une extraction soit nécessaire.

Une carie est en premier lieu une maladie infectieuse. Des bactéries s’attaquent à la dent : elles la « grignotent », la creusent, et lorsqu’elles commencent à s’attaquer à la dentine (la couche calcifiée, sous l’émail) une sensibilité apparaît. Mais lorsque la carie touche la pulpe (au centre de la dent), des violentes douleurs surviennent; c’est la rage de dent.

Le développement de bactéries est généralement dû à une accumulation de tartre ou à l’alimentation, et touche surtout des dentitions à reliefs ou à chevauchements. Si on n’agit pas assez vite (c’est-à-dire avant la rage de dent), la dent risque de mourir, mais aussi des complications sérieuses peuvent toucher les tissus avoisinants (et provoquer sinusite et fistules cutanées). Les bactéries peuvent aussi être acheminées vers des organes et causer des complications cardio-vasculaires, rénales, articulaires ou oculaires, notamment chez des personnes ayant des fragilités chroniques.

Plus on soigne une carie tôt, mieux on gère les dommages. En cas de carie peu profonde, soignée quand elle s’attaque à l’émail, on peut préserver la dent, en extrayant le noyau infectieux et en comblant les « cicatrices » avec un ciment composite dentaire.

Le mieux est de respecter un rythme bi-annuel de visites de contrôle chez votre dentiste, non seulement pour nettoyer toute accumulation de tartre dans les reliefs, mais aussi pour qu’il vérifie toute tâche suspecte que seul un spécialiste peut voir et interpréter.

En cas de bruxisme

Des mâchoires serrées la nuit, des grincements : on apprend souvent à vivre avec, par la force de l’habitude. Mais les dommages pour les dents sont sérieux. L’usure prématurée des dents (comme si elles étaient limées) les fragilise beaucoup, et les douleurs osseuses et musculaires empirent avec le temps.

Le simple port d’une gouttière la nuit réduit de beaucoup les risques de complications. La gouttière est confectionnée sur mesure par votre dentiste. Et un traitement naturel pour se détendre, apaiser les tensions musculaires, peut s’avérer très efficace. Les plantes, l’homéopathie, la sophrologie peuvent vraiment agir pour limiter voire arrêter les réflexes de bruxisme. Votre dentiste saura vous conseiller et vous orienter.

En cas de dents manquantes

Stellite partiel bas.
On croit souvent qu’on peut se passer des molaires mais cela implique des soucis digestifs et des complications bucco-dentaires bien trop importants.

Avec l’âge on accepte beaucoup de choses, notamment l’absence de une ou deux dents, voire plusieurs, surtout quand il s’agit des molaires : « Pas grave, ça ne se voit pas… » Or la mastication dépend vraiment de l’ensemble de la dentition et des caractéristiques de chaque type de dents. Les incisives, canines, molaires et pré-molaires se relayent dans le mécanisme de coupe-broyage des aliments. Les molaires sont plus solides, pour mastiquer et faire face aux attaques acides de l’alimentation sur un temps plus long. Si on broie nos aliments avec les pré-molaires et les canines, elles vont être vite fragilisées. Chez la personne âgée, une difficulté à mastiquer entraîne rapidement dénutrition, fonte musculaire, et toutes les complications qui s’en suivent (chutes, problèmes cognitifs, baisse du système immunitaire).

Beaucoup de solutions existent pour remplacer les dents : des coûteuses et radicales, avec les implants, mais aussi des plus abordables et modifiables avec les prothèses amovibles. En une seule visite, votre dentiste peut vous expliquer les différentes options, la marche à suivre et le plan financier, et vous pourrez choisir selon votre convenance et vos moyens.

En cas d’appareil dentaire peu confortable

Encore une fois, le temps et l’habitude nous font accepter une situation peu confortable: on s’y fait… Et, très souvent, les dentiers des personnes âgées (ou moins âgées) sont très inconfortables. Alors qu’il suffirait d’une visite chez le dentiste pour tout arranger : pour que l’appareil ne bouge plus, pour qu’il permette de mâcher confortablement, de rire et de parler sans souci. Sinon, les risques de malnutrition, de « fausse route » lors du repas, de repli social également, sont sérieux chez la personne âgée.

Un rebasage de l’appareil chez le dentiste est rapide et peu onéreux : il permet de resculpter les reliefs de l’appareil là où il n’épouse plus les muqueuses de la bouche. En effet, la perte normale des tissus osseux et gingivaux explique que les appareils doivent être adaptés année après année à la bouche du patient.

Les raisons du renoncement aux soins, et leurs solutions

Manque de sensibilisation au suivi dentaire : les solutions

Intégrer parfaitement la prévention et le soin dentaire dans sa vie est un réflexe qui se conquiert dès l’enfance. La sensibilisation précoce des enfants permet d’éviter que des problèmes s’installent : des problèmes dentaires, bien sûr, mais aussi des problèmes psychologiques, avec des représentations négatives du soin dentaire, la peur du dentiste etc. Il faut habituer les enfants à fréquenter le cabinet du dentiste (via la consultation annuelle ou bi-annuelle, mais aussi en accompagnant les autres membres de la famille) et on peut aussi profiter de l’aide des actions publiques de sensibilisation auprès des publics fragiles.

Sensibilisation des enfants

enfant chez le dentiste
Aidez votre enfant à s’habituer au cabinet et aux gestes dentaires dès son plus jeune âge et faites-le participer aux campagnes de sensibilisation proposées dans les écoles: aime tes dents avec « M’T dents »!

Dès le plus jeune âge, l’UFSBD (l’Union française pour la santé bucco-dentaire) développe des actions de sensibilisation dans les crèches et les écoles, autour de sujets comme l’impact de l’alimentation sucrée, le rôle du fluor, l’importance d’un brossage adapté et du contrôle régulier chez un dentiste.

  • Le programme M’T dents (« Aime tes dents ») proposé par l’assurance maladie permet lui à tous les enfants de bénéficier d’un rendez-vous gratuit chez un dentiste de son choix, tous les trois ans. Le programme propose également des séances d’éducation collective dans les écoles, souvent accompagnées d’un dépistage pour les caries.

Sensibilisation des jeunes adultes

Quand on devient autonome, la prévention et le soin dentaire peuvent souvent passer à l’arrière-plan par manque de temps et de moyens. On a « d’autres chats à fouetter » que les caries et les gingivites, surtout si on n’a jamais beaucoup aimé les visites chez le dentiste.

  • La master class du Smile : l’UFSBD a mis en place une campagne de sensibilisation pour les étudiants, autour d’un kiosque animé par un professionnel dans chaque faculté participant au programme: conseils, ateliers, distribution de kits d’hygiène.

Sensibilisation auprès des personnes âgées

L’UFSBD intervient dans près de 500 Ehpad pour sensibiliser le personnel et les personnes âgées à l’importance d’un suivi dentaire régulier. Les statistiques sur la santé dentaire des personnes âgées sont alarmantes: parmi les personnes vivant en Ehpad près de 80% n’ont pas vu de dentiste depuis 5 ans. Les interventions de l’UFSBC forment également le personnel aux gestes d’hygiène et au dépistage des problèmes dentaires.

La peur du dentiste : les solutions

Heureusement, il y a tout un arsenal de solutions pour lutter contre la stomatophobie (ou peur du soin dentaire). Cette phobie repose sur des souvenirs de douleurs et de sensations effrayantes (le bruit de la roulette, la sensation de froid, de l’aspiration etc.). Les patients atteints de stomatophobie peuvent s’évanouir en salle d’attente, mais le plus souvent ils oublient leur rendez-vous ou bien n’en prennent tout simplement pas !

Dispositifs calmants

En premier lieu, il s’agit d’en parler; à votre médecin généraliste par exemple, mais aussi si possible à votre dentiste car il peut vous expliquer les solutions de prise en charge au fauteuil.

Le gaz hilarant !

rire sur le fauteuil du dentiste
Oui on peut même rire sur le fauteuil du dentiste! Avec le gaz MEOPA, on profite d’une sédation consciente aux effets gais et doux: plus aucune peur possible!

De plus en plus de dentistes sont formés à l’utilisation du gaz MEOPA qui provoque une sédation consciente (on la voit pratiquée dans les films américains!): il suffit de respirer pendant un instant dans un masque et hop on se retrouve flottant gaiement et calmement sur le fauteuil, sans ressentir les actions du dentiste. Pour les enfants et les personnes handicapées mentales, ce gaz aide énormément la consultation dentaire, mais il est aussi très utile en cas de peurs irraisonnables.

Plantes et médicaments calmants

Vous pouvez également avoir recours aux plantes calmantes (demandez conseil à votre pharmacien), ou bien à des médicaments relaxants prescrits par votre généraliste ou votre dentiste. On peut aller jusqu’à la perfusion de médicaments calmants (analgésiques et sédatifs), au fauteuil, en cas de gros travaux avec grosses peurs!

Attention de bien prévenir votre dentiste si vous avez pris des calmants prescrits par un autre médecin, car il y a un risque d’interaction avec les médicaments qu’il va utiliser au fauteuil ou dans les suites du soin.

Techniques relaxantes ou thérapeutiques

Hypnose
L’hypnose est une technique efficace pour traiter tous types de peurs et phobies.

L’hypnose

L’hypnose au fauteuil est pratiquée par de plus en plus de dentistes et/ou leurs assistantes, et se révèle très efficace.

L’EFT et la cohérence cardiaque

Vous pouvez aussi vous tourner vers des techniques à pratiquer en autonomie, comme l’EFT ou la respiration en « cohérence cardiaque » qui sont très efficaces pour obtenir une baisse du niveau de stress. Voyez ci-dessous cette vidéo d’une séance d’EFT pour lutter contre la peur du dentiste. Cette pratique utilise les méridiens d’acupuncture qu’elle associe à des paroles qui conscientisent et soignent les émotions négatives. Elle peut être comparée à une acupuncture sans les aiguilles, mais avec les doigts, en tapotant, mêlée à des phrases guérissantes; une digipuncture neuro-linguistique en quelque sorte. Vous pouvez aménager les phrases utilisées dans la vidéo pour qu’elles vous correspondent mieux:

Les fiches SantéBD

Logo des fiches SantéBD
L’association CoActis a mis au point un système innovant: les fiches sont entièrement personnalisables avant téléchargement, en fonction de l’âge, du sexe et du handicap du patient. 

Se faire une représentation mentale précise de ce qui nous attend chez le dentiste, comme un scénario, permet de se préparer et d’affronter ses peurs plus sereinement. C’est une technique de thérapie comportementale. Pour aider à cette préparation psychologique, l’association CoActis a mis au point un système personnalisable de fiches à télécharger gratuitement, qui expliquent parfaitement ce que le patient doit attendre d’une visite.

Les dessins et les phrases simples sont construits autour du point de vue du patient, et montrent ce que seront ses sensations (comme les odeurs, la vision de tel ou tel objet, les bruits de la roulette), quels seront ses questionnements (pourquoi le dentiste prend-il cet instrument?), afin d’y répondre en amont et d’enlever toute appréhension.

Les moyens financiers : les solutions

On a tous l’idée en tête que le soin dentaire est ruineux… Et c’est souvent vrai, notamment quand on est obligé d’avoir recours aux prothèses, aux « fausses dents », et surtout aux implants. On ne sait pas forcément à l’avance combien coûtera notre prochaine visite chez le dentiste, alors petit à petit on recule l’échéance.

Outre les problèmes causés sur la santé par le renoncement ou le retard des soins, il y a souvent un réel dilemme financier autour des soins dentaires : « des vacances avec les enfants ou bien mes deux pivots? ». Mais il existe des solutions aux problèmes de financement des soins !

Mutualités ou centres dentaires

Dans les organismes qui rationalisent les moyens, salarient les professionnels dentaires et mutualisent les commandes, les prix peuvent être divisés par deux voire plus. Les réseaux de soins mutualistes offrent eux « des gros travaux » dentaires à des prix avantageux en les négociant en amont auprès des professionnels.

Fac dentaire

fac dentaire
Se faire soigner par des élèves dentistes est une excellente idée pour faire des économies !

Les facs vous reçoivent à des prix très raisonnables, parce que leurs étudiants ont besoin de « cobayes ». Mais attention, toutes les consultations et les soins sont encadrés par des dentistes et le matériel est à niveau bien entendu.

Tourisme dentaire

Les prix sont divisés par trois souvent, en Hongrie, en Roumanie ou en Tunisie, dans des cliniques très organisées avec un suivi des soins en France, un forfait comprenant les vols aller-retour et le logement sur place. Ce sont bien des cliniques qui proposent ce type de service, et non des cabinets, et elles disposent d’un matériel dernier cri.

Prêt dentaire ou crédit dentaire

Il est possible de régler votre dentiste selon un plan de paiement échelonné. Il est également possible de souscrire à un prêt à la consommation auprès d’un organisme spécialisé.

Dispositif de l’assurance maladie

On peur profiter de l’aide proposée par la caisse d’assurance maladie notamment avec la cellule de lutte contre le renoncement aux soins. C’est un accompagnement opérationnel, de type « coaching »; il s’agit d’aider l’assuré :

cpam
L’Assurance Maladie dispose d’une cellule de lutte contre le renoncement aux soins.
  • A connaître ses droits en termes de prise en charge des frais médicaux (par l’accès à la CMU-C et l’ACS notamment);
  • A s’orienter dans le système de soins pour trouver les moins chers (demander plusieurs devis par exemple, ou bien se tourner vers des centres mutualistes);
  • A trouver un financement multiple auprès de différents partenaires (mutuelles, Caf, aides au transport proposées par le département…);
  • A déclencher une dotation d’urgence via le fond d’action sanitaire et social.

Votre dentiste peut demander ce plan d’accompagnement, mais cela peut être fait directement par vous auprès de la CPAM.

Le reste à charge zéro

Grâce à la réforme promise par le président Macron, qui commence à être mise en place cette année, certains types de prothèses seront complètement prises en charge par la sécurité sociale et les mutuelles. Il s’agit des prothèses les moins coûteuses et les moins esthétiques souvent (et non des prothèses sur implants), mais cette réforme des remboursements va permettre à beaucoup de patients de remplacer et soigner leurs dents sans frais.

Changer de mutuelle

En étudiant la mutuelle la plus intéressante pour le type de soins dont vous avez besoin, vous pouvez profiter d’une meilleure prise en charge. Pour trouver la mutuelle la mieux adaptée à vos besoins, vous pouvez en effet utiliser notre comparateur de mutuelles ci-dessous :

Conclusion

soins dentaires dentiste
Retrouvez le sourire en effectuant les soins dentaires dont vous avez besoin !

Votre dentiste a l’obligation légale de vous avertir des conséquences d’un renoncement à un soin dentaire afin que vous soyez conscient des risques de complications. L’impact d’une stomatophobie, par exemple, sur votre santé bucco-dentaire s’accompagne de risques sur votre santé en général (cardio-vasculaires notamment), sur votre vie sociale et professionnelle également. On commence par ignorer cette dent qui est de plus en plus sensible à la chaleur du café le matin, puis on finit par s’habituer à cette douleur sourde, et bientôt c’est en urgence qu’on doit affronter un abcès avec complications.

Que ce soit la peur, le manque de moyens financiers ou de connaissances de vos droits en termes d’aides sociales, il existe des solutions vraiment efficaces pour vous réconcilier avec les soins dentaires et retrouver un grand sourire.

Ne pas se faire soigner les dents : les risques
4.2 (83.08%) 13 participants

Auteur(s) de l'article
Armelle Cassanas
Armelle Cassanas
Armelle est spécialisée dans la linguistique médicale, via l'analyse des concepts attachés aux maladies et aux médicaments. Pour Dentaly, elle condense ses recherches autour de l'expérience des patients et des soignants, ainsi que son étude des recommandations santé et bien-être.
Sources

Site internet de l’assurance maladie. Ameli.fr. Dossier de presse sur le dispositif de lutte contre le renoncement aux soins [en ligne]. <https://ww.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/Dossier_de_presse_Cellule_de_lutte_contre_le_renoncement.pdf> Consulté l 13 mai 2019

Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire. Fiche expliquant les actions de sensibilisation auprès des publics [en ligne]. <https://www.ufsbd.fr/espace-public/nos-actions/> Consulté le 13 mai 2019

Magazine de l’ordre des chirurgiens dentistes. Article sur l’utilisation du Meopa par les chirurgiens-dentistes [en ligne]. <http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/uploads/media/la_lettre_105.pdf> Consulté le 13 mai 2019