Déglutition atypique : des solutions existent

0 Partages
Par 
femme qui boit de l'eau
Déglutir : rien de plus naturel et aisé. On le fait sans y penser plus de 2000 fois par jour ! Mais pour certaines personnes le réflexe est faussé : la langue ne se positionne pas bien, les muscles ne travaillent pas comme il le faudrait. Et beaucoup de problèmes secondaires peuvent en découler.

2000… C’est le nombre de fois qu’un adulte déglutit dans une journée, soit près de 30 minutes par jour pour ce geste réflexe mais complexe sans lequel ni le transit des aliments ni le rôle essentiel de la salive ne se feraient. Mais pour certaines personnes, ce réflexe est faussé et tout est déséquilibré. Difficultés à respirer ou à dormir convenablement, lèvres gercées par la respiration buccale, malpositions dentaires, maux de tête, douleurs de dos, vertiges… La liste des symptômes secondaires à une déglutition atypique est longue. Heureusement les complications aiguës sont plus rares (maladie occlusale, parodontale, posturale…), mais près de 75% des français souffriraient de la forme simple !

Dentaly.org vous explique tout de la déglutition atypique et de ses traitements, qui sont efficaces même à l’âge adulte, à condition de faire intervenir plusieurs spécialités médicales.

Déglutition atypique : qu’est-ce que c’est ?

La déglutition a deux fonctions essentielles :

  • L’ingestion d’aliments après leur mastication;
  • Le passage de la salive, qui, en jouant le rôle de lubrifiant de la phonation, de défense contre certains microbes et de préparation du bol alimentaire, doit ensuite être évacuée vers l’estomac, pour continuer à être renouvelée par les glandes salivaires.

Lors d’une déglutition normale de l’adulte, une chorégraphie complexe se joue, comme une vague musculaire :

  • La pointe de la langue vient toucher l’avant du palais, derrière les incisives supérieures;
  • A l’arrière, la mâchoire est fermée : les molaires et prémolaires se touchent;
  • L’arrière de la langue s’étale et prend appuie sur le palais, en formant une onde puissante, de l’avant à l’arrière, afin de déplacer le bol alimentaire ou la salive vers le pharynx;
  • Les lèvres sont fermées, mais sans contraction;
  • Les muscles de la mastication (les masséters) sont contractés pour aider l’onde de la déglutition.

Vient ensuite le travail tout aussi complexe et primordial du pharynx, qui doit éviter les fausses-routes et les régurgitations, dans le sensible carrefour aéro-digestif.

Ce ballet se danse en quelques secondes, sans crispation musculaire visible sur les joues ou les lèvres. La mandibule est fermée, les lèvres souples. Mais ce n’est pas le cas quand il y a un trouble de la déglutition qui malheureusement, de par le rôle central des muscles oro-faciaux, va avoir des répercussions à plusieurs niveaux.

La déglutition infantile persistante

enfant qui sourit
Habituée aux nécessités de la succion (sein, tétine, pouce), la langue s’étend dans toute la bouche, entre les dents, et pousse vers l’avant pendant la déglutition. C’est une déglutition « dents ouvertes » qui doit normalement se corriger naturellement vers 6 ans, quand les dents définitives commencent à prendre leur place.

La déglutition atypique est une persistance à l’âge adulte de la forme infantile ou primaire de la déglutition. Comme chez l’enfant, la déglutition se fait « en dents ouvertes » :

  • Les mâchoires restent entrouvertes : les prémolaires et molaires ne se touchent pas, gênées par la langue qui se déploie horizontalement, à plat;
  • La pointe de la langue ne se positionne pas sur le haut de l’avant du palais, derrière les incisives supérieures, mais vient forcer contre ou entre les dents de devant;
  • Les muscles de la mastication (masséters) ne se contractent pas;
  • Les lèvres se contractent fortement;
  • Un effort est demandé à chaque déglutition et cela se voit sur les muscles du visage.

L’envoi du bol alimentaire vers le pharynx, harmonieux et ondulatoire dans la déglutition normale, est alors laborieux et ralenti.

Les causes de la déglutition atypique

On évoque différentes causes de déglutition atypique.

Hérédité praxique

On peut parler d’hérédité si un des parents présente une déglutition atypique et que l’enfant a imité les contractions faciales de l’adulte (les praxis oro-faciales). Mais il n’y aurait pas de facteurs génétiques.

Facteur psychologique

On parle de facteurs psychologiques quand il y a persistance d’un stade oral de substitution : succion du pouce ou d’un autre objet à un âge avancé (ce qui entretient la déglutition primaire, comme l’enfant au sein), mais aussi le fait de se ronger les ongles.

Causes morphologiques

Il peut aussi exister des causes morphologiques : une langue hypertrophiée ou un frein lingual trop court, un défaut d’occlusion des lèvres, la perte ou la mauvaise position des incisives, un palais étroit, des sinus étroits…

En général, la déglutition adulte s’acquiert naturellement lors de la poussée des dents définitives, qui déterminent bien les arcades dentaires et le contact entre les mâchoires. Si une raison anatomique vient entraver les bonnes praxis linguales, apparaît alors une déglutition atypique.

Problème ORL chronique

Un trouble respiratoire peut aussi expliquer le besoin chez l’enfant d’une respiration buccale de suppléance. Cela peut être une sinusite chroniques, des allergies… qui empêchent l’enfant de respirer par le nez. Mais sans barrière des lèvres et des dents de devant (qui restent ouvertes pour la respiration) la langue ne prend pas la bonne place ni les bonnes habitudes musculaires. Une fois le problème ORL guéri, il peut y avoir persistance de la mauvaise habitude linguale.

Problème de l’articulation du langage

Un trouble phonatoire peut aussi nourrir une déglutition atypique et inversement: quand la langue prend un appui anormal sur les dents pour certaines consonnes ou se positionne mal dans la bouche (en cas de zozotement ou de chuintement).

Les symptômes secondaires de la déglutition atypique

Parce que les muscles oro-faciaux sont centraux pour la santé dentaire et la phonation, mais aussi pour la posture corporelle, des symptômes sont observables en conséquence de la déglutition atypique.

vue de profil d'un visage avec mandibule
Le système musculaire et articulaire oro-facial est central pour former la denture et l’entretenir, pour envoyer des informations sur l’équilibre et la posture, et bien sûr pour respirer, manger, parler. Quand le mécanisme est défaillant, on note beaucoup de problèmes secondaires plus ou moins invalidants.

Malformations osseuses et dentaires

Jusqu’à la fin de l’adolescence, la plasticité du squelette est nécessaire, pour permettre à la croissance osseuse de suivre les besoins musculaires. Et c’est l’harmonie du jeu des muscles de la déglutition qui va définir en grande partie la morphologie osseuse faciale. En cas de déglutition atypique, des déformations osseuses et dentaires se mettent en place, qui vont entretenir le problème de déglutition et vice-versa.

Les problèmes dentaires peuvent être : migrations dentaires, béances, poches parodontales, perte de densité osseuse de la mâchoire et déchaussement.

La maladie occlusale (de la fermeture des mâchoires) est une complication de la déglutition atypique accompagné d’un Sadam ou causant un Sadam (Syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur). Cette complication cause des symptômes divers et très inconfortables comme des maux de tête, des douleurs de dos, des crampes posturales…

Problèmes posturaux, lyse du support osseux

La force musculaire de la langue, mal utilisée, va provoquer une inflammation chronique du parodonte (les tissus de soutien par lesquels les dents sont reliées à la mâchoire) qui va conduire à une perte osseuse sur le long terme.

Si le trouble de la déglutition entraîne un dysfonctionnement de l’appareil manducateur, des problèmes posturaux peuvent être observés, qui vont occasionner des douleurs aux jambes ou aux dos. Cela est lié au rôle de la mâchoire dans la communication d’informations sur la posture et l’équilibre au cerveau.

Problèmes phonétiques

Les problèmes phonétiques sont également observés en conséquence d’une déglutition atypique (mais ils peuvent aussi, plus rarement, en être la cause première). Les consonnes occlusives et fricatives notamment sont affectées par un mauvais positionnement de la langue. Ce sont celles qui se prononcent en obstruant l’air ou une partie de l’air, par le jeu de la langue et des lèvres: comme dans [t], [f] ou [s], par exemple.

Problèmes psychologiques

Dents malpositionnées
Palais trop étroit, travail de la langue sur les dents, qui les désaxe : les symptômes secondaires de la déglutition atypique peuvent provoquer des soucis esthétiques pour le patient.

La pathologie de déglutition peut empêcher un bon sommeil (par apnée du sommeil, bruxisme, perte salivaire importante, tension nerveuse…), causer une fatigue chronique, et entraîner une forme de dépression, par le fait de l’effort constant et important pour avaler sa salive et pour manger.

Les déformations dentaires et osseuses peuvent également causer une détresse psychologique et un repli social. Cela s’observe notamment quand les patients peuvent avoir honte de leurs dents en avant, d’une bouche déformée, d’une béance de la mâchoire, de difficultés à respirer, à prononcer certaines consonnes.

Déglutition atypique : exercices pour se rééduquer à la maison

La rééducation linguale par les orthophonistes et certains kinésithérapeutes se fait sous forme d’exercices volontaires de positionnement de la langue. Mais ces exercices peuvent parfaitement être faits à la maison, pour rééduquer une forme simple, ou accompagner les traitements d’une forme complexe de déglutition atypique.

Dans la vidéo ci-dessous, Catherine l’Anglais, dentiste (en collaboration avec un orthophoniste), explique comment réaliser des séries d’exercices. Vous les trouverez à partir de la 6ème minute, après une présentation de la déglutition atypique :

Vous pouvez ainsi réaliser les exercices suivants, entre autres, afin de rééduquer la langue et les muscles de la manducation :

bouton rouge
L’exercice du bouton fait partie des gestes tout simples que l’on peut effectuer à la maison, deux fois par jour (après s’être brossé les dents par exemple), pour rééduquer une déglutition atypique.
  • Pointe-Croque : placez d’abord la pointe de la langue sur l’arrière des incisives supérieures, au début du palais, puis dans un second temps, « croquez » en veillant à ce que les mâchoires soient bien en contact (répétez 10 fois).
  • Le pinceau : « peignez » le voile du palais d’avant en arrière, et retour, avec la pointe de la langue (répétez 5 fois ).
  • Le bouton : attachez du fil dentaire à un bouton de taille moyenne, puis placez le bouton entre les dents et les lèvres. Tirez doucement sur le fil de manière à devoir résister avec vos lèvres pour garder le bouton en place (répétez 10 fois ).
  • L’élastique : placez un petit élastique sur la pointe de votre langue et coincez-le au début de votre palais, derrière les incisives supérieures. Maintenez-le en place avec votre langue pendant toute la durée d’un épisode de votre série préférée ou d’un trajet en voiture. Vous effectuerez ainsi des déglutitions réflexes, et votre cerveau « inconscient » mettra en place des nouveaux schémas neuronaux pour vos mouvements oro-faciaux.

En répétant ces séries d’exercices deux fois par jour, vous obtenez de très bons résultats, chez les enfants comme chez les adultes. L’idéal est d’effectuer des bilans orthophonistes tous les 4 mois, sur une ou plusieurs séances, pour évaluer les progrès et définir quels exercices sont à compléter ou modifier.

Déglutition atypique : orthophonie et rééducation pour les enfants

Les séances chez l’orthophoniste sont la solution idéale pour les enfants, pour un suivi mieux adapté et motivant. Il s’agit là de mettre en place des jeux oro-faciaux et phonatoires personnalisés, qui ressemblent beaucoup aux jeux utilisés pour le diagnostic d’une déglutition infantile persistante.

Jeux de diagnostic et de rééducation

Lors du diagnostic de l’enfant, il lui sera demandé de reproduire les grimaces de certains animaux : gonfler les joues comme la grenouille, tirer la langue comme la girafe… Il lui faudra aussi nommer des animaux et reproduire leur son : les sabots d’un cheval ou le sifflement d’un serpent par exemple. Ces jeux de diagnostic permettent de vérifier la tonicité de la langue et des lèvres, l’utilisation correcte des masséters, pour savoir quels muscles sont à rééduquer, ainsi que pour recenser les défauts de prononciation.

girafe qui se lèche
Imiter les animaux et leurs grimaces aide non seulement à diagnostiquer les raisons d’une déglutition atypique chez l’enfant, mais fait aussi partie de la rééducation de la langue et des muscles de la mastication.

En dehors de cette spécificité du diagnostic en vue du traitement, un enfant avec persistance d’une déglutition infantile est assez reconnaissable :

  • Il a souvent les lèvres entrouvertes,
  • Il respire par la bouche et a souvent les lèvres sèches/gercées,
  • Il pousse avec sa langue contre ses dents de devant quand il veut avaler.

Le Froggymouth : un travail sur les circuits neuronaux de l’automatisme

Un nouvel outil de rééducation fonctionnelle permet d’automatiser la déglutition physiologique chez l’enfant. Il a été mis au point par le Dr Fellus. L’enfant peut s’y familiariser avec l’orthophoniste et peut ensuite l’utiliser à la maison. Il s’appelle le Froggymouth (le « bouche de grenouille ») et est ludique, sans nécessiter d’effort ni de participation active consciente de la part de l’enfant – contrairement aux exercices d’imitation.

La rééducation est induite par l’inhibition de la séquence de succion-déglutition (propre à la déglutition infantile). Le Froggymouth s’interpose entre les lèvres, et l’enfant va découvrir spontanément un nouveau mode musculaire pour avaler sa salive. Il sera obligé d’utiliser la partie postérieure de la langue et de former l’onde musculaire correctement. L’appareil se porte 15 minutes par jour, devant un dessin animé, afin de travailler sur les circuits neuronaux de l’automatisme. Il doit être envisagé comme un auxiliaire « boosteur » des exercices pratiqués avec l’orthophoniste (et des éventuels traitements orthodontiques).

Voici une présentation de l’appareil fonctionnel Froggymouth par le DR Fellus :

Notez que le Froggymouth peut aussi fonctionner chez l’adulte. C’est une méthode douce qui vaut la peine d’être essayée.

Certains parents ont également remarqué que ça aidait révolutionnairement au sevrage de la tétine et du pouce.

Déglutition atypique : la solution orthodontique

Si la déglutition atypique est due à une malposition dentaire, un traitement occlusal sera envisagé pour redistribuer les tensions et permettre à la langue d’être contenue par les dents. Plus l’âge est avancé, plus le traitement pourrait être invasif (couronnes, bridges…), alors que, chez l’enfant, un traitement de redressement par bagues ou appareils amovibles peut suffire.

Pendant la croissance, on peut aussi utiliser la rééducation de la langue par stimulation proprio-réceptive. On emploie alors une sorte de prothèse permettant de passer de la déglutition infantile à la déglutition physiologique en verticalisant le travail lingual. Ainsi la langue ne vient plus s’interposer entre les molaires et les prémolaires, horizontalement. L’appareil utilisé par les orthodontistes ou les dentistes s’appelle un REIOR (Réducteur d’espace inter-occlusal de repos) et doit être maintenu pendant tout le temps de la croissance. Il est fixé sur les molaires supérieures et sa taille varie de 5 à 7 millimètres. L’habituation neuronale est rapide et le patient s’y fait très bien. Les dents libérées de toute pression reprennent leur croissance et envahissent l’espace béant, fermant les mâchoires pendant la déglutition. On appelle cette re-formation naturelle de la denture, une bio-orthodontie.

Notons qu’on peut également agir sur le palais, qui peut s’être creusé et être trop étroit pour la langue. Cela peut être dû au problème de déglutition atypique ou être anatomiquement responsable de la déglutition atypique. Cette action se fait à l’aide d’un appareil « d’expansion palatine », placé pendant plusieurs mois chez l’enfant ou l’adulte (après possible recours à la chirurgie chez ce dernier).

Conclusion

Parce que les muscles oro-faciaux (de la mastication et de la déglutition) sont les principaux moteurs de la formation osseuse et musculaire du visage pendant l’enfance et l’adolescence, une déglutition infantile persistante crée des problèmes à long terme. Les forces anormales portées par la langue sur les dents, le palais et les mâchoires provoquent des troubles ORL, phonatoires, dentaires, parodontaux, voire posturaux (en cas de complication en Sadam notamment).

Les problèmes sources sont de même nature que les problèmes secondaires (au niveau osseux, dentaire, phonatoire…) ce qui crée un cercle vicieux.

Ainsi, la meilleure approche thérapeutique doit être multidisciplinaire : l’orthodontie pour corriger une malocclusion, l’orthophonie voire la kinésithérapie pour la réhabilitation myo-fonctionnelle (langue, masséters), relaxation et accompagnement psychologique si besoin.

Plus les traitements sont mis en place tôt, meilleurs et plus rapides sont les résultats. Un dépistage et un diagnostic précoces sont donc souhaités. N’hésitez pas à demander à votre dentiste d’évaluer la motricité oro-faciale de votre enfant de plus de 6 ans, lors des contrôles de routine, surtout si vous remarquez qu’il a tendance à respirer par la bouche ou à contracter certains muscles faciaux pendant la déglutition. Si votre dentiste confirme un problème de déglutition atypique, il pourra s’allier avec un orthodontiste et un orthophoniste pour aider rapidement votre enfant.

Déglutition atypique : des solutions existent
5 (100%) 1 participant[s]

Auteur(s) de l'article
Armelle Cassanas
Armelle Cassanas
Armelle est spécialisée dans la linguistique médicale, via l'analyse des concepts attachés aux maladies et aux médicaments. Pour Dentaly, elle condense ses recherches autour de l'expérience des patients et des soignants, ainsi que son étude des recommandations santé et bien-être.
Sources
Université de Lorraine. Bilan de prévention et dépistage des troubles de la déglutition dans les cabinets dentaires. Thèse [en ligne]. http://docnum.univ-lorraine.fr/public/SCDMED_MORT_2000_JEANNIN_LUCILE.pdf Consulté le 11 mai 2020 Site de l’assurance maladie. Le traitement des malpositions dentaires et leur prise en charge. Fiche d’information [en ligne]. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/malpositions-dentaires/traitement Consulté le 11 mai 2020
0 Partages